Résumé du livre Inconnu à cette adresse : lettres 11 à 19

Publié le par fabercours

Inconnu à cette adresse : comprendre la chute et la situation finale.

Inconnu à cette adresse : comprendre la chute et la situation finale.

Inconnu à cette adresse : lettres 11 à 19

 

Lettre 11, novembre 1933

Max, à nouveau, supplie Martin d’apporter son aide à Griselle qui pourrait s’être enfuie vers Munich après une grande déconvenue et avoir été sifflée en public lors d’une représentation. Il lui demande d’organiser de vraies recherches et de l’en tenir informé au plus vite.

Lettre 12, décembre 1933

Griselle est morte. Elle est venue chercher refuge chez Martin mais ce dernier apprends à Max qu’il lui a refusé l’aide qu’elle attendait. Elle était blessée et plutôt que de courir le risque de se faire prendre à porter secours à une juive, il a préféré l’envoyer dans un parc où patrouillent des SA. Griselle se fait donc prendre et se fait abattre. Martin demande solennellement la rupture définitive de tout contact qui sont mauvais pour sa réputation et peuvent nuire à son intégrité physique.

 

Lettre 13, janvier 1934

Max fait signifier par câblogramme qu’il accepte les conditions du contrat avec Martin.

 

Lettre 14, lettre 15, lettre 16, toutes datées du mois de janvier 1934

Max n’accepte bien sûr pas les conditions du contrat avec Simon et encore moins, cela va de soi, la mort ignoble de Griselle. Il décide donc d’opérer sa vengeance. Pour cela, il va utiliser la méfiance des nazis dont Martin lui parlait dans ses lettres pour la retourner contre lui. Il lui envoie une série de trois lettres à une faible distance de temps entre les trois. Il rajoute à ces lettres de fausses informations codées qui n’ont d’autres buts que d’instiller la méfiance dans les services d’espionnage. Chiffres incohérents, faux messages codées et allusions peu dissimulées émaillent les lettres de Max qui n’ont d’autres but que de se venger de l’humiliation que lui a fait subir Martin.

 

Lettre 17, février 1934

Martin n’est pas dupe du jeu auquel joue Max et il comprend qu’il veut se venger de la mort de Griselle. Il le supplie néanmoins de ne plus lui écrire car ces courriers ont bien sûr été interceptés par les services secrets et il a du répondre devant les nazis de ces lettres. Suspecté, il a été jeté à la vindicte populaire, coupé de tout lien social et amical et il prend le risque de se faire arrêter ou même exécuté pour avoir entretenu une relation amicale avec un juif.

 

Lettre 18, février 1934

Max continue son projet machiavélique en ne prenant aucunement en considération le courrier de Max. Il continue à placer dans sa lettre des messages codés qui sont bien sûr interceptés par les Nazis. Il devient de plus en plus précis sur les opérations supposément mises en place.

 

Lettre 19, mars 1934

Max envoie une nouvelle lettre à Martin en continuant encore une fois son jeu de messages codés. La lettre revient avec la mention Inconnu à cette adresse. La nouvelle se termine par cette chute qui signifie que Max parvient à ses fins en faisant arrêter Martin. Il obtient ainsi vengeance de la mort de Griselle.

Ainsi se termine cette nouvelle sous la forme d’un échange épistolaire.

Publié dans fiches lecture

Commenter cet article