3D SIV s4 p. 136-137 l’expression de la cruauté

Publié le par faberfort

A la fin du cours, laisser de la place pour coller la copie de dictée.

L’homme lancé dans la guerre, confronté à la mort, devient « un homme-bête », « nous sommes devenus des animaux dangereux ». La guerre fait naître un instinct de survie.

L’expression qui suggère cette même idée est : « un singe, œil pour œil, dent pour dent. »

Le procédé d’écriture qui montre que le narrateur agit rapidement est l’énumération : « J’ai bravé la torpille, le canon, les mines, le feu. » (Texte 3 ligne 2) La syntaxe est la manière d’organiser les mots dans une phrase. Ici par exemple il y a beaucoup de virgules pour séparer les informations. Les mots sont donc juxtaposés. Cela fabrique une figure de style nommée énumération. Cette figure de style produit un effet : la rapidité

Les soldats se comportent ainsi car ils veulent survivre, ils veulent « sauver leur peau » ils sont pris dans un enchainement d’actions violentes. La figure de style qui souligne cette idée est : une gradation mais il y a aussi un parallélisme. Une gradation consiste à ranger une suite de mots dans un ordre croissant ou décroissant en intensité. Un parallélisme consiste à utiliser deux fois au moins la même structure syntaxique : « détruire et tuer, nous sauver et nous venger ».

Bilan : pour montrer la métamorphose de l’homme les auteurs utilisent des figures de style (gradation, personnification et comparaison) ainsi que le champ lexical de la violence de la métamorphose et de la guerre.

Débat argumentatif :

« Œil pour œil, dent pour dent » / « œil pour œil, et le monde deviendra aveugle »

La violence, vengeance, la guerre, belliqueux/ contre la violence pour la paix et le pardon, pacifique

Publié dans 3D

Commenter cet article